Menu

IRIScan book 2 Executive

fait le 30/05/13

A. Présentation rapide

Éditeur : Iris
Français : oui
Prix : env. 129€
Amazon ( liens sponsorisés ) : ( /!\ il s’agit ici de la 3e version de ce scanner : IRIScan book 3 Exécutive alors que la version présentée sur cette page n’ est que la seconde )

Qu’es-aco ? Scanner portable

B. Vidéo :

IRIScan book 2 Executive : présentation vidéo le 30/05/13

downloadPour télécharger la vidéo au format Apple TV, PC, Mac : cliquez sur le bouton ci-contre, ou abonnez-vous au podcast

C. le test :

Iris a eu la gentillesse de me prêter leur petit scanner à main, le « Iris Scan Book 2 ». Il s’agit d’un modèle qui roule sur la page à numériser. Entre temps, ils ont sorti la version 3 mais le principe reste le même.

Dans la boite, on trouve le scanner par lui-même (Image 1 – 7), le mode d’emploi (Image 1 – 2), franchement restreint, le CD du logiciel qui en fait ne comprend que le logiciel Readiris 12 (Image 1 – 3. Une carte microSD et son adaptateur (Image 1 – 6), un câble MicroUSB (Image 1 – 5) et l’adaptateur secteur (Image 1 – 4), une chiffonnette de nettoyage et une feuille de calibration des blancs (Image 1 – 1).

1. le contenu.

Ce modèle est un modèle Bluetooth, donc permettant de décharger les images directement sans fil. Chose amusante, il est montré un iPad et un iPhone sur la boite, mais bien indiqué sur la notice que cela ne fonctionne pas avec iOs. Va comprendre !

Il suffit donc de charger un peu l’engin (qui arrive chargé) si besoin, d’insérer la carte microSD et de l’allumer. L’écran indique le nombre de scans contenus, la qualité (couleur et définition) et la charge de la batterie. Il y a en fait 3 positions : Off, Scan et BT. La dernière position ne permettant que de décharger les images. Sur le côté, on trouve l’emplacement microSD et deux boutons pour la résolution (haute et basse) et la couleur (Noir et blanc ou couleur).

Sur le dessus, un seul bouton pour lancer le scan. Sur le dessous, la fenêtre du scanner, et des rouleaux pour déplacer le tout. L’ensemble est léger, mais fait assez « cheap », notamment le bouton de scan qui présente un jeu important. Pas sûr de sa résistance dans le temps.

2 & 3. Le choix du Bluetooth n’est pas top.

Lorsque l’on branche en USB, la carte mémoire monte tout simplement sur le bureau permettant de récupérer les clichés. En BT, il faut d’abord associer le périphérique. Il suffit de cliquer sur le bouton d’ajout, qui détecte le scanner, d’appuyer brièvement sur le bouton de scan pour confirmer l’association et c’est tout. Par la suite, lorsque l’on va basculer en position BT, le scanner s’affichera très ponctuellement en vert sur l’ordinateur, avant de rebasculer en rouge. C’est trompeur, car on pense alors que cela ne marche pas. En fait, il faut mettre l’élément en surbrillance (Image 2 – 1), puis sélectionner le menu « parcourir le contenu » (Image 2 – 2). Dès lors la carte mémoire apparaît (Image 2 – 3) et l’on peut récupérer les fichiers. En BT, les temps de chargement sont mauvais et récupérer 10 clichés tient de la torture.

Pour scanner, on place le scanner sur une extrémité de la page (livre, feuille magazine), on appuie sur le bouton scan, l’indicateur apparaît en vert) et on déplace doucement le scanner vers l’autre extrémité de la page. Il existe deux indicateurs sur la tranche signalant l’endroit où la feuille doit être placée.

4. ça gondole

En théorie, il n’y a rien de compliqué. En pratique, c’est loin d’être le cas. Sur une page A4 simple, il est difficile de déplacer le scanner sans bouger le document. Si l’on va trop vite, l’indicateur vire au rouge et il va falloir tout recommencer. Pour scanner un magazine, l’épaisseur de la tranche finit toujours par déplacer le scanner en biais et de ce fait l’image est déformée (Image 3). Dans le cadre d’un livre, même en essayant de scanner de la tranche vers l’extérieur, on a du mal à obtenir la totalité du fait de l’inclinaison. Tout élément en relief (agrafe) pose problème. Enfin, les réglages (couleur ou dpi) ne sont pas mémorisés d’un allumage sur l’autre : il faudra donc systématiquement les vérifier.

5. trop brillant AVM !

Autre écueil, le papier brillant (Image 4) quels que soient les réglages utilisés rend très mal, créant des halos sur l’image scannée. Le papier mat donne de meilleurs résultats. Globalement, la définition (haute est bonne, sous réserve de ne pas avoir eu trop de distorsions lors du déplacement.

La durée de la batterie est bonne.

Un autre point de déception vient du logiciel fourni qui, comme souvent, n’est pas la dernière version (qui coute en fait le même prix que le scanner).Rien d’autre n’est fourni, contrairement au Doxie que j’avais eu l’occasion de tester ici.

En conclusion, mon sentiment est très mitigé. L’utilisation du scanner bien que simple dans l’absolu nécessite souvent de s’y reprendre à plusieurs fois avant de donner quelque chose d’exploitable. Les réglages sont suffisants dans la plupart des situations, mais donneront de grandes disparités selon le support utilisé. Quant au BT, je ne suis pas sûre que ce soit un élément utile compte tenu de la vitesse de transfert.

La nouvelle version semble utiliser le WIFI ce qui me parait être une meilleure solution, et compatible cette fois avec les appareils iOs.

Be Sociable, Share!